Fraude

L'infraction de fraude se retrouve dans la section des opérations frauduleuses en matière de contrats et de commerce du Code criminel et elle est définie à l'article 380.

L'infraction de fraude se lit comme suit:

 

      Fraude

380. (1) Quiconque, par supercherie, mensonge ou autre moyen dolosif, constituant ou non un faux semblant au sens de la présente loi, frustre le public ou toute personne, déterminée ou non, de quelque bien, service, argent ou valeur :  

     a) est coupable d’un acte criminel et passible d’un emprisonnement maximal de quatorze ans, si l’objet de l’infraction est un titre testamentaire ou si la valeur de l’objet de l’infraction dépasse cinq mille dollars;

     b) est coupable :

        (i) soit d’un acte criminel et passible d’un emprisonnement maximal de deux ans,

        (ii) soit d’une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire,

     si la valeur de l’objet de l’infraction ne dépasse pas cinq mille dollars.

       Peine minimale

(1.1) Le tribunal qui détermine la peine à infliger à une personne qui, après avoir été poursuivie par acte d’accusation, est déclarée coupable d’une ou de plusieurs infractions prévues au paragraphe (1) est tenu de lui infliger une peine minimale d’emprisonnement de deux ans si la valeur totale de l’objet des infractions en cause dépasse un million de dollars.

       Influence sur le marché public

(2) Est coupable d’un acte criminel et passible d’un emprisonnement maximal de quatorze ans quiconque, par supercherie, mensonge ou autre moyen dolosif, constituant ou non un faux semblant au sens de la présente loi, avec l’intention de frauder, influe sur la cote publique des stocks, actions, marchandises ou toute chose offerte en vente au public.


(Source : http://laws-lois.justice.gc.ca/fra/lois/C-46/)